La place de l’homme dans notre société avec Juste Quentin

A l’occasion de la sortie de notre huile Libertine et notre série de lives Instagram “Pleasure for All”, nous sommes partis à la rencontre de Juste Quentin, créateur du compte Instagram @deconstructionsmasculines pour aborder les sujets de la masculinité et de la place de l’homme dans notre société.

Bonjour Quentin, peux-tu nous dire comment tu as eu l’idée de créer ton compte Instagram @desconstructionsmasculines ?

Après la création du mouvement metoo, j’ai commencé à me dire qu’il fallait que j’agisse à mon niveau. Hypersensible, élevé par une femme, j’ai également rencontré beaucoup de femmes dans mon entourage victimes de violences. Cela a développé une certaine empathie chez moi, tout comme une certaine réflexion sur les actions que je pouvais faire moi-même vis-à-vis des femmes.

J’ai donc depuis 3 ans choisi de me déconstruire radicalement, et de partager mon cheminement sur Instagram pour toucher les jeunes publics, car ce sont eux qui façonneront la génération de demain.

Comment s’engager dans un processus de déconstruction quand on est un homme ?

Dans notre société, nous sommes conditionnés avec de nombreux stéréotypes, clichés et constructions sociales qui demandent de tout remettre en question, de défaire toutes ces croyances limitantes. Il faut d’abord que l’envie vienne de soi pour réussir à se lancer. Cela passe par la lecture de livres, de podcasts, mais aussi les expériences dans les rapports interpersonnels, la vie professionnelle et personnelle.

Il faut aussi arrêter de mettre son bouclier d’homme, ravaler son orgueil, rester humble et se remettre souvent en question pour pouvoir avancer et éduquer les autres hommes de notre entourage avec pédagogie et bienveillance.

Quelles sont aujourd’hui pour toi les grandes déconstructions masculines à travailler ?

Il y a énormément de sujets à aborder : la sexualité, la contraception, la parentalité… On s’inspire beaucoup du féminisme et des tendances sociologiques pour essayer de vulgariser les choses, pour que cela soit compréhensible par tout le monde. Je donne aussi la possibilité aux personnes de prendre le contrôle de mon compte Instagram pendant 24 h afin de leur laisser la parole et d’exprimer leurs émotions, ce qui est plus impactant et plus émotionnel que des ouvrages scientifiques qui nécessitent d’avoir souvent des notions de philosophie ou de sociologie !

La santé mentale

 

Le thème de la santé mentale est l’un des sujets les plus importants quand on parle de déconstruction masculine. On apprend en effet aux hommes à ne pas parler de leurs émotions et de leurs ressentis qu’on perpétue ensuite à l’âge adulte. Cela entraîne des problématiques de dépression, des comportements addictifs (alcool, drogue, jeux…).

La santé mentale est essentielle dans le sens où elle influe sur tous les autres sujets. Si l’on veut plus d’égalité entre les hommes et les femmes, il faut aussi accepter que les hommes dévoilent davantage leurs émotions et leur vulnérabilité pour éviter une dichotomie.

La sexualité et le plaisir prostatique

Quand on parle de déconstruction masculine, on ne peut pas aborder le sujet sans passer par le sujet de la sexualité. Il faut essayer de se détacher de la croyance que la pénétration représente le saint Graal de la virilité masculine, et que cela doit être une obligation.

Envisager d’autres pratiques comme le plaisir anal ou le plaisir prostatique, en se détachant des peurs, des tabous et idées reçues liées à l’homophobie par exemple. Le plaisir prostatique s’obtient en stimulant ou en massant la zone interne située entre l’anus et le testicule et peut être plus jouissif que la pénétration.

L’idéal est de commencer à expérimenter cette pratique seul, avant de pouvoir communiquer à son partenaire ses envies. La tendresse, la communication, la sensation de sécurité et de confiance sont des éléments essentiels pour l’aborder avec son ou sa partenaire.

La charge sexuelle et la pornographie

En matière de déconstructions, la charge sexuelle est aussi intéressante à travailler. Il faut arrêter de donner le pouvoir aux hommes de décider, de mettre la pression sur les partenaires.

Nous avons tous une sexualité qui nous est propre et qui nous appartient, avec une libido qui ne correspond pas toujours avec celle de notre partenaire. La masturbation est un sujet essentiel dans cette optique : il faut sortir des clichés et idées reçues selon lesquels la masturbation serait sale, où que l’on doive arrêter de la pratiquer quand on est en couple. Ensemble, il faut communiquer avec bienveillance, sans jugement sur ses besoins et sans culpabilité.

La pornographie quant à elle interroge beaucoup sur la notion de consentement. Les petits garçons grandissent avec une vision erronée de la sexualité, et la répètent ensuite dans leur vie, ce qui est très problématique. Heureusement, de nombreuses alternatives au porno mainstream voient le jour, comme Erika Lust par exemple, pour apporter plus de diversité, de bienveillance et d’imagination dans la sexualité et l’érotisation.

La parentalité et la contraception au cœur de la déconstruction masculine

En ce qui concerne la parentalité et la contraception, ces deux notions sont aussi au cœur des déconstructions masculines à travailler. La manière d’éduquer les enfants aujourd’hui représente ce que l’on va produire comme société de demain. Cela questionne aussi le concept de la charge mentale du couple, surtout chez les femmes.

Chaque homme qui veut être parent demain devrait se déconstruire personnellement, et éliminer les croyances limitantes et stéréotypes de genre par exemple (jeux, activités sportives ou créatives). Les hommes tout comme les femmes doivent aussi se battre pour obtenir des avancées sociales et sortir de la société patriarcale, par exemple en ce qui concerne le congé parental.

Quelles sont les options en matière de contraception masculine ?

A ce jour il existe 4 méthodes considérées comme efficaces en utilisant l’indice Pearl : le préservatif, la vasectomie, la méthode hormonale et la méthode thermique. 

Cette dernière consiste à remonter les testicules au moyen d’un slip ou d’un anneau, facile à poser, indolore et sans effets secondaires, à porter 15h par tranche de 24h. La méthode produit un effet chauffant sur les testicules dont l’efficacité est mesurée à l’aide d’un spermogramme.

Si l’on en parle si peu encore actuellement, c’est parce que les hommes y sont encore majoritairement réfractaires : cela touche à la virilité, à la responsabilisation, et met à mal les notions de perte de privilège et de confort.

 

Retrouvez la tribune de Quentin au sujet de la contraception masculine sur Mediapart ainsi que sur son compte Instagram @deconstructionsmasculines.




Sold out


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés